• En attendant Noël

    J'ai décidé de raconter la vie d'un de mes sims au travers un événement récurrent de sa vie.  J'ai choisi la veille de Noël.

  • 1

     

    En attendant Noël: première.

     Papy et Mamy sont arrivés en fin de journée, maman a fini par laisser tomber ses casseroles qu'elle maltraitait depuis le matin.  Elle est montée dans sa chambre, s'est fait toute jolie, a enfilé sa robe à paillettes.  Papa, émerveillé, en la découvrant au milieu du salon, a manqué s'étouffer.  Mais ouf, il s'est repris, a rougi doucement, a inspiré et posé un doux baiser sur sa joue duveteuse.  

    "Que tu es belle, mon amour", lui a-t-il murmuré à l'oreille.

    "Flatteur!  Tu n'es pas mal, toi non plus."

    C'est vrai qu'il était très élégant, mon papa aussi.  Ils ont ri doucement, serrés l'un contre l'autre. C'était doux, chaud et cristallin tout à la fois.  Je sentais maman heureuse, je l'étais aussi.

    Noëlle

               Le sapin de Noël trônait fièrement dans le salon, les cadeaux frémissaient doucement, une odeur de bonshommes au pain d'épices courait dans toute la maison, je jubilais à l'idée de cette soirée peu ordinaire qui s'annonçait.  Je jubilais tant que soudain, la mine de maman se fit grave.

                 C'était le moment, le grand moment, l'enfant se décidait à pointer le bout de son nez.  Ni une ni deux, papa a entraîné maman dans sa belle voiture et sont partis, tous les deux, tambours battants à la maternité la proche.

                   "T'es sûre?  T'es sûre?  C'est trop tôt pourtant!  C'est trop tôt", gémissait papa.

                    "Tais-toi, je t'en prie, tais-toi.  J'ai mal, j'ai mal", grognait maman.

                    Moi, j'exultais.  

                   "Il n'existe pas plus belle nuit que celle de la veille de Noël pour naître, n'est-ce pas." me répétais-je en boucle.  

                    Et ce fut ainsi que je naquis.  A minuit précisément.  Appelez-moi, Noëlle.  C'est mon prénom. 

    Noëlle

     


    2 commentaires
  • 2

    En attendant Noël, deuxième.

    Papy et Mamy sont arrivés pour le petit déjeuner, cette fois.  Pendant que maman faisait chauffer les marmites et que Mamy lui racontait les derniers potins, moi, j'ai failli mettre le feu à la baraque.  Ni une ni deux, j'ai pris mes jambes à mon cou.  Maman m'a rattrapée:

                  "Hep hep hep, petite souris, quand on a un problème, on ne s'enfuit pas à toutes jambes.  On reste, on l'affronte, on le résout."

                       C'est une façon de voir.  Ce n'est pas forcément la mienne.

    Noëlle

                              Heureusement, Noël frappait à la porte et nous avions bien d'autres chats à fouetter : des bouilles à maquiller, des paillettes à revêtir.

                               Si papa trouvait, une fois encore, maman sublime dans sa robe, maman,elle, rechignait, comme ces derniers jours et papa insistait:

                             "Je t'en prie, faisons la paix.  C'est Noël.  Je t'assure qu'elle ne m'est rien.  Je n'aime que toi, Rose."

                                 Si papa avait l'air convaincu, maman, elle, semblait encore en douter: qu'elle était sublime, que l'autre ne comptait pas, qu'il n'aimait qu'elle.

    Noëlle

                             Le repas fut un peu tendu, je ne comprenais pas bien ce que mes parents se racontaient mais ça n'avait pas l'air super sympa surtout quand papa a porté un toast à maman:

                                 "A la femme parfaite, celle qui sait tout mieux que tout le monde et qui ne commet jamais d'erreur."

                                   Heureusement, papy et mamy m'ont défiée à la console.  Hé!  Hé!  On allait rire!

                               Papy et Mamy m'ont mis une dérouillée.  Ils sont trop fort aux jeux vidéos.  Il va falloir que je m'entraîne si je veux les battre l'année prochaine!

    Noëlle

     

     


    2 commentaires
  • 3

    En attendant Noël : troisième

     

                    Papy et Mamy ne viendront pas ce soir, ni demain, ni plus jamais.  J'ai promis d'être courageuse mais c'est dur.

    Noëlle

                      Attendre Noël sans papy et mamy, c'est moins drôle.  C'est ce que j'ai raconté à ma nouvelle petite soeur. 

                         "Sparad'h, tu sais, c'était plus drôle quand papy et mamy étaient là.  Maintenant, c'est tout vide sans eux."

    Noëlle

                              Sarah, c'est le bébé sparadrap de papa et maman.  Ce sont mes potes qui me l'ont dit.  Il paraît que souvent quand un couple de papa et maman ont manqué de ne plus s'aimer, après ils font un nouveau bébé pour repartir à zéro.

    3

             J'avoue que je m'en fiche totalement. Il me tarde juste qu'elle grandisse, Sarah, pour voir si elle me ressemble.  A quoi ça se ressemble un bébé sparadrap?  Et est-ce que ça sait jouer aux créatures du vide?  Maman dit oui et papa bien sûr même s'ils trouvent bizarre que je l'appelle Sparadrap et pas Sarah, ma sœur.

    3

                           Ils doivent penser que je suis jalouse de ma sœur.  Tout le soir, ils n'ont pas arrêté de me serrer dans les bras et de me dire que j'étais leur petite fille d'amour, qu'ils m'aimeraient toujours.

    3

                             Bah oui, je sais!  Je suppose que c'est Noël qui arrive qui leur est un peu monté à la tête.

     

     

     


    3 commentaires
  • 4

    En attendant Noël: quatrième

             Cette année, c'est l'aventure, papa et maman ont décidé de nous emmener fêter Noël à Granite Falls, bébé sparadrap-Sarah, devenue grande et moi ado.  "Que le temps passe vite!" ne cessent de répéter les parents avec ce brin de nostalgie qui m'agace au plus haut point. 

    4

                          Tout aurait pu bien se passer, même si, franchement, niveau confort, nous étions loin de la maison.  Même pas de Wifi, là-bas.  Mais soit, maman faisait chanter les marmites, ma soeur et moi communiions devant la télévision pendant que les parents se bisoutaient.  Petites surprises à table, bonne petite soupe aux palourdes et enfin, joli feu de camp, tous ensemble.  Un réveillon différent pour nous ressourcer, nous retrouver, quoi. 

    44

                       Tout était parfait et pourtant, c'est à ce moment-là que le drame a eu lieu.  Sarah-sparadrap, s'est enflammée.  Ni une ni deux, j'ai saisi l'extincteur mais pendant que j'éteignais ma petite soeur, j'ai moi-même pris feu, papa s'est précipité pour me sauver des flammes.  Malheureusement, dans la cohue, maman s'est embrasée.

    4                                En choisissant de sauver, Sarah, j'ai sacrifié maman.  Papa en choisissant de me sauver a sacrifié maman. 

    4

    Je hais Noël et je me hais, moi, Noëlle.

     

     


    3 commentaires
  • 5

    En attendant Noël: cinquième.

             Ne soyez pas étonnés, maman a fait danser les couteaux et casseroles, comme il se doit à la veille de Noël, et maquiller son joli visage de fantôme.         

    5

                    Sparadrap et moi avons fait nos devoirs, bien sûr.  Sérieux, motivation, concentration sont les mamelles de la réussite.  Après l'effort, le réconfort: rien de mieux qu'un gros câlin et un petit jeu en famille, avec notre papounet qui a repris du poil de la bête depuis que maman-fantôme a regagné sa place dans notre foyer.

    5

                                       Très vite, les ventres crient famine et tout le monde s'installe pour profiter ensemble du repas de fête que maman fantôme nous a préparé. 

    5

               Ce soir, point de feu d'artifice pour rivaliser avec les lumières de la ville mais un petit tournoi de dernière minute des geeks que nous sommes tous.  Oh yeah!  Photo du vainqueur, moi!

    5

                                      Et qu'ai-je gagné? vous demandez-vous.  Et bien, le droit de servir de repas à mon papa vampire.

    5            

    Et oui, papa est devenu vampire.  C'était la condition posée par maman; elle ne revenait que si son amoureux, lui aussi, devenait immortel.  Elle ne voulait en aucun cas avoir à souffrir le décès de mon père.

    Si fait, papa, sur la suggestion de Sparadrap et mon impulsion, je l'avoue, est devenu immortel, comme maman.  Parfois, on ne mesure pas toujours les conséquences de ses actes.  

    5

    Mais bon, l'important, c'est que maman et papa soient enfin réunis et heureux comme jamais.  Peu leur importe les victimes collatérales, si j'ai bien compris.  Vive Noël ZZZZZZzzz

    5

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique