• Semaine 2.8

     

    Si Biloute a embrassé la carrière de scientifique, c'est bien sûr par ambition - avoir été poussée par sa mère toute sa jeunesse à l'excellence il n'y a pas de quoi être étonné que Biloute en garde quelques automatismes - mais aussi pour une raison totalement insensée: Biloute, jalouse pathologiquement de toutes celles et ceux qui tournent autour de son compagnon, voulait créer des clones de Patou-loulou et les envoyer à travers le monde afin d'éliminer toute concurrence amoureuse.

    Semaine 2.8

     Biloute a travaillé, comme une forcenée - on n'a rien sans effort - afin d'arriver à réaliser l'objectif ultime de sa vie de femme.

    Bien à l'abri dans son laboratoire, vient le jour où Biloute juge la machine opérationnelle - enfin!- prête au clonage d'être vivant.

    Un petit coup d’œil à gauche, un petit coup d’œil à droit et sans coup férir et déterminée comme jamais, Biloute s'avance vers la machine satanique.

    Semaine 2.8

     Tout comme Biloute a toujours testé les potions sur elle-même avant de les servir à ses collègues (et à Candy par Charlie interposée), elle décide de mener l'ultime test de la machine.  Il ne faudrait pas que son côté savant fou vienne à causer le décès de l'homme qu'elle aime.  Ce serait trop ballot.

    Semaine 2.8

     

    Semaine 2.8

     

    Semaine 2.8

    Le résultat est absolument parfait.

    Semaine 2.8

     

    Semaine 2.8

    Semaine 2.8

     De retour à la maison, Biloute appelle Patou-loulou et le fait monter sur la machine.  C'est pour la science, lui a-t-elle dit.  Que ne ferait-on pas pour la science?  Patou-loulou ne se fait pas prier, trop heureux de donner de sa personne et se voyant déjà porté aux nues par la simanité reconnaissante pour les progrès de la science auxquels il aurait participé.

    Semaine 2.8

     Alors que Biloute a pris toutes les précautions d'usage, une lumière rouge se met à briller.  Peut-être un problème d'interférences avec la machine à laver le linge?

    Semaine 2.8

    Si Patou-loulou s'en tire sans dommage, l'air triomphant et démoniaque de son clone fait froid dans le dos.

    Semaine 2.8

     Biloute comprend immédiatement, voyant rougeoyer l'âme tordue du clone au fond de son regard, devant quelle aubaine elle se trouve.  Elle a créé un clone maléfique de Patou.  C'est parfait.

    "Tu veilleras à ce qu'aucun être vivant ne tourne autour de mon Patou-loulou d'à moi.  Je suis la seule autorisée à poser les mains sur lui.  As-tu compris?  Tous les moyens te sont autorisés, Clone."
    "Oui, maîtresse."
    "C'est bien, mon petit."

    Semaine 2.8

    C'est merveilleux, Biloute se sent parfaitement apaisée.  Avec un clone tel que celui-là, inutile d'en créer d'autres à l'infini.

    Et voilà.  Mission accomplie, c'était presque trop facile, à vrai dire.

    Semaine 2.8

     L'amour aide à accomplir de telles prouesses, c'est grisant!

    Biloute adore sa vie, ce qu'elle en a fait et comme elle l'a menée.  Sa mère de là-haut doit être fière de sa réussite.

    Semaine 2.8

     Le seul regret de Biloute restera sans doute Candy.  Candy qu'elle n'a jamais réussi à motiver, à rendre meilleure, à apprécier.  Elle avait eu pour elle tant d'ambitions, elle avait même ressenti une certaine tendresse pour elle.  Cela lui semble si loin, tout cela.

     

    Semaine 2.8

    Candy restera sans doute cet être mollasson affalé des heures et des heures devant la télévision à se goinfrer de cochonneries, incapable de se trouver une activité enrichissante, toujours dans cette attente que tout le monde s'occupe d'elle, qu'il la flatte,  précède ses désirs et les comble sans rien donner en échange, médiocre en tous points et en toutes matières, ne provoquant au final auprès des autres que désillusions.  Tant pis, Biloute a pourtant tout essayé pour éveiller sa fille à l'excellence, au goût de l'effort et du dépassement de soi; mais rien n'y a jamais fait.  Tous les conseils, remarques de Biloute ont été pris comme pure méchanceté gratuite; atteignant aujourd'hui un point de non retour.

    Tant pis.  Encore et toujours.  Comme il est besoin à la lumière de l'ombre pour briller, il faut des Candy aux Charlie et aux Biloute.

    Candy le lui a répété avec hargne - la hargne et la fainéantise sont sans doute les deux seules compétences dans lesquelles Candy excelle, peut-être aussi avec cette malignité innée à se faire passer pour une martyre -  si souvent:

    "Je te déteste, tu es la pire mère qu'un enfant puisse avoir.  Dès que je suis majeure, je me casse d'ici!"

    Semaine 2.8

     Aujourd'hui, c'est le grand jour.  Et Patou-loulou s'inquiète.

    "Ça va?  Tu n'as pas trop de peine de savoir que Candy va nous quitter, ma Biloute?"

    Semaine 2.8

     "Je pense que ça ira pour moi, mon Patou.  J'ai fini de m'inquiéter pour notre fille aînée depuis bien longtemps, maintenant."

    Semaine 2.8

    Ce soir, donc, sous le ciel étoilé de Selvadorada, ...

    Semaine 2.8

    après une dernière plainte de Charlie:

    "Je voulais aller à Granite Falls, moi, rencontrer mes frères ours."
    "C'est ta sœur qui n'a pas voulu, ma chérie.  Nous irons la semaine prochaine, si tu le veux encore."

    Semaine 2.8

    ... Après un dernier duel de regards, Candy devient une jeune femme. 

    Semaine 2.8

    Semaine 2.8

    Semaine 2.8

    Semaine 2.8

     

    Longue vie à l'héritière!

     

    à la semaine prochaine...

    « Semaine 2.7.

  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Septembre 2018 à 20:34

    Alors euh, pour clore cette génération, quel mot aimable vais-je bien trouvé à dire à Biloute ? Euh, bravo d'avoir rempli tes objectifs ? Mais j'attendrai le jour de son trépas pour lui dire comme le Diable à Talleyrand : "Prince, vous avez dépassé mes instructions !" winktongue

    Jusqu'au bout, elle aura cru avoir été la mère parfaite, déçue par l'ngratitude et la médiocrité de son aînée !

    Donc, oui, longue vie  l'héritière et bonne chance à elle surtout !

    PS : le clone diabolique de Patou ne laisse pas de m'inquiéter pour la suite...shocked

      • Samedi 22 Septembre 2018 à 08:52

        Parthenia,

        roh j'aime trop :D  je suis tellement d'accord avec ton com' *rougit*

        "Jusqu'au bout, elle aura cru avoir été la mère parfaite, déçue par l'ngratitude et la médiocrité de son aînée !"

        Je dois avouer que pour Biloute, je me suis bien inspirée du jeune et prétentieux président de ce beau pays la France, Emmanueln Macronarche.  Son culte de l'excellence, ses remarques acides (mais enfin, c'est de l'humour, voyons :o ), ses leçons...  Biloute et lui auraient bien des choses à se raconter sur tous ces gens qui ne sont rien et tous ces fainéants infoutus de traverser une rue :/  Bref.

        Il me tarde de voir comment Candy va se débrouiller. 

        PS : je n'ai pas beaucoup de nouvelles du clone, il appelle de temps en temps Biloute mais pour l'instant, il se tient coi :o

      • Samedi 22 Septembre 2018 à 09:10

        Ah nan, mais j'en peux plus de Macron... il est d'une arrogance folle et d'un tel mépris envers ses "sujets"... Hier, je regardais Quotidien, et qui est arrivé en retard au sommet de Salzbourg ? Macron... je trouve cela d'une telle impolitesse et d'un tel manque de respect... surtout qu'il est coutumier du fait... Mais bon, chez nous, on le surnomme Jupiter... sarcastic

        Bref, j'ai lu ton comm adressé à Agathe (^^) et je proteste : je trouve que tes personnages restent très cohérents... Franchement j'admire ta manière d'intégrer tes "tirages" à l'histoire, c'est super bien foutu !

    2
    Vendredi 21 Septembre 2018 à 21:34

    Eh bien, on ne pourra pas dire que Biloute n'est pas opiniâtre dans ce qu'elle fait. Elle a voulu faire un clone de Patou-Loulou. Elle a fait un clone de Patou-Loulou. Je suppose donc qu'elle est arrivée au dernier échelon de sa carrière. 

    Mais qu'il est dur de l'entendre parler ainsi de sa fille aîné. J'imagine bien qu'elle ne se remet pas en question et qu'elle ne sait pas qu'elle n'y est pas pour rien dans le caractère de sa fille... 

    Enfin, ça y est, Candy est libérée-délivrée (de rien...^^) et elle va pouvoir enfin vivre la vie qu'elle veut. Et quelque part le jet de dés est un peu à son image. Un brin apathique... Mais elle sera peut-être plus trépidante dans sa vie amoureuse ou familiale. 

    Nous n'avons plus qu'à attendre d'aller au Pays de Candy... 

    Encore un très bon moment passé, même si je suis contente de quitter Biloute glasses.

      • Samedi 22 Septembre 2018 à 08:56

        Agathe,

        Oui, Biloute a tout réussi (sauf Candy :D) et non, évidemment, Biloute ne se remet pas en question puisqu'elle est parfaite.  Ce sont les autres qui ne comprennent pas; c'est évident.

        Délivrée, libérée oui oui :D  (merci merci :o)

        Evidemment, le tirage des dés m'a influencée aussi pour la "création" de Candy.  J'essaye, même si ce n'est qu'un compte-rendu, de garder de la cohérence entre l'histoire et mes personnages.  Ce n'est pas toujours réussi, mais j'essaye :)

        Et merci et je comprends bien; à moi aussi, elle me pesait Biloute, je suppose que ça s'est senti quand même aussi dans le récit, j'en suis désolée :/ (je préviens, si je tire à nouveau le trait méchant, je relance Dédé :o)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :